FEATURED POST

Harrowing Realities Of Iran’s Torture Chambers

Image
Four decades of the clerical regime’s rule in Iran has left thousands of victims through widespread practice of torture and ill-treatment with impunity.
Torture has been institutionalized in the regime’s punishment laws and is sanctioned by the Judiciary as well as the regime officials.
Hadi Sadeghi, Deputy Chancellor of the Judiciary was quoted by the state-run ISNA news agency on May 30, 2018, as saying, “There is no precepts of imprisonment in Islam, so we need to seek alternative punishments. Physical punishment is much more effective than imprisonment, and the punishment of flogging is much more effective in Islam. But, the human rights agencies do not have a good idea on this matter.”
The state-run Fars news agency cited Judiciary spokesperson Gholam-Hossein Mohseni-Eje’i, on January 17, 2018 as stressing on cross amputation for offenders where their opposite hand and foot are amputated.
“Other punishments we have in mind for those who create insecurity in the society include ex…

Peine de mort en Turquie: «non» à un vote en Suisse

Le sujet fait frémir Berlin et Berne. 

Après sa victoire récente lors du référendum autour du renforcement de ses pouvoirs, le président turc Recep Tayyip Erdogan vise désormais une nouvelle consultation en Turquie, cette fois-ci sur le rétablissement de la peine de mort. 

Un scrutin qui pourrait aussi s'organiser en Allemagne où vivent 1,4 millions de Turcs, voire en Suisse également.

Angela Merkel a été très claire sur le sujet mardi: elle a indiqué qu'elle rejetait catégoriquement» la tenue sur sol allemand d'une éventuelle campagne référendaire pour le rétablissement de la peine de mort en Turquie. 

Ce scrutin potentiel fait réagir en Suisse. S'il devait se dérouler sur sol helvétique, «on devra se poser la question», a indiqué prudemment dans le www.24heures.ch le chef du Département fédéral des Affaires étrangères, Didier Burkhalter. S'il n'approuve pas un tel scrutin, il temporise en disant: «ce n'est vraiment pas le moment de se lancer dans des spéculations sur cette question.»


Positions clairement contre


Mais des politiciens suisses ont des positions bien plus tranchées. A l'image du président du PDC Gerhard Pfister. «Un référendum sur la peine capitale constitue une violation des valeurs fondamentales de l'Occident. Il faut également empêcher un tel vote en Suisse», estime-t-il. «Nous ne devrions pas permettre à un gouvernement étranger qui agit contre ces valeurs d'agir ainsi dans notre pays. Cela créerait la discorde», justifie-t-il.

L'ancien ambassadeur d'Allemagne et aujourd'hui conseiller national (PS/ZH) Tim Guldimann renchérit. «La peine de mort est en contradiction totale avec la Convention européenne des droits de l'homme et avec notre Constitution», explique-t-il. Pour lui aussi, il est «inacceptable» qu'il y ait un vote sur cette question en Suisse, «que ce soit chez les citoyens helvétiques ou turcs». Et de rappeler que la Suisse est un Etat de droit et qu'à ce titre, on ne peut pas voter sur tout. On ne pourrait ainsi pas se prononcer sur le retour de l'esclavage, compare-t-il.

Chaque pays en Europe qui ne se prononce pas clairement contre la peine de mort risque de passer pour un complice de la Turquie, estime de son côté la conseillère nationale Doris Fiala (PLR/ZH). Celle-ci voudrait toutefois que des mesures plus claires adoptées au sein du Conseil de l'Europe, en particulier pour les pays qui comptent une forte diaspora turque, comme la Suisse.

«Pas anti-démocratique»


Interrogé par le Blick, le professeur de droit Rainer J-Schweizer estime lui aussi que la Suisse devrait interdire un tel référendum sur son sol. «La Suisse fait campagne dans le monde entier pour l'abolition de la peine de mort et cela n'arrangerait pas son image si elle l'acceptait maintenant.»

Mais n'est-ce pas anti-démocratique? lui demande le journal. Non, estime le professeur. «Si Erdogan fait voter la réintroduction de la peine capitale, il violerait définitivement les principes fondamentaux des constitutions de tous les Etats européens, son contrat avec le Conseil de l'Europe, mais aussi les traités fondamentaux de l'UE. Je pense donc qu'il est juste que les pays européens discutent de l'interdiction d'un tel vote.»

Pour Rainer J.Schweizer, autoriser un tel scrutin porterait atteinte à la base même de nos valeurs démocratiques et constitutionnelles ainsi qu'à nos obligations internationales en matière des droits de l'homme.

➤ Click here to Google translate this article into English

Source : 24heures, 10 mai 2017

⚑ | Report an error, an omission, a typo; suggest a story or a new angle to an existing story; submit a piece, a comment; recommend a resource; contact the webmaster, contact us: deathpenaltynews@gmail.com.


Opposed to Capital Punishment? Help us keep this blog up and running! DONATE!

Most Viewed (Last 7 Days)

Texas Board of Pardons and Paroles rejects clemency for Chris Young

20 Minutes to Death: Record of the Last Execution in France

Alabama: 8 death row inmates request execution by nitrogen gas

'Life in prison isn't a life,' says Nevada inmate as execution nears

Scott Dozier case: Hours before execution, judge in pharma company suit halts use of drug

Utah to seek death penalty for parents charged with killing daughter, covering her in makeup

Sale of guillotine divides France

Indonesia: Gay couple publicly whipped after vigilante mob drags them out of beauty salon

Chinese court sentences man to death over school stabbings

Thailand: Spanish national loses appeal against death sentence